Comprendre ce qu’est une SCPI en assurance vie

SCPI en assurance vie

Placer la SCPI dans l’assurance-vie est une bonne perspective, car elle vous permettra de profiter des avantages de vos placements. Cependant, la réalité est plus complexe et subtile qu’elle en a l’air si vous analysez à fond les détails des procédés. Le fait d’acheter des SCPI dans votre contrat d’assurance-vie, dans certains cas, pourrait se révéler parfois contre productif, comparé à une acquisition en détention directe. Vous devez donc comprendre avant toute chose ce qu’est une SCPI et analyser tous ses avantages.

C’est quoi une SCPI en assurance-vie ?

En principe, la scpi assurance vie est assez similaire à une SCPI d’investissement classique, intégrée tout simplement dans différend contrat, en tant qu’acteurs identiques. Elle peut être achetée en direct, ou intégrée au PEA. La SCPI de rendement deviendra une SCPI d’assurance-vie, grâce à la volonté du gestionnaire qui la proposera ou pas dans le contrat. Ce contrat multisupport est effectivement adossé à plusieurs produits financiers, qui sont uniquement sélectionnés par le gestionnaire : actions, fonds euros, OPCVM, SCPI, SICAV … L’assurance-vie est parfois celle qui est constituée de fonds en euros ou bien d’unités de comptes, qui sont principalement investies en paniers actions ou en actions. Il s’agit des valeurs mobilières. L’action va donner des dividendes (les revenus de toutes les valeurs mobilières). Par ailleurs, les SCPI de rendement sont composées de biens immobiliers, genre commerces, bureaux … En tant que valeur immobilière, une SCPI va générer des loyers ou des revenus fonciers. La valeur mobilière et la valeur immobilière constituent deux mondes bien différents l’un de l’autre, si bien que le professionnel des marchés financiers ou de la bourse ne connaitra pas forcément le marché locatif.

Les avantages de la SCPI en assurance-vie

Il est impossible d’avoir une assurance-vie avec une SCPI de 100 %, mais c’est faisable d’investir une assez grande partie de votre capital sur les supports. Sachez également que vous pouvez faire un investissement dans une assurance-vie, en achetant également des parts en direct. L’assurance-vie avec une SCPI peut offrir une meilleure souplesse. Cela va notamment permettre d’investir dans le domaine de l’immobilier sans recourir à un notaire, ce qui évite au détenteur des soucis de loyers impayés. Dans certains cas, il est préférable d’acheter vos parts de SCPI sur votre contrat, car cela vous permettra de profiter des intérêts des deux : fiscalité et souplesse et un rendement potentiel des SCPI. À travers l’assurancevie, le cout d’acquisition de vos parts est parfois décoté directement en fonction des prix (de 2,5 à 5 % en général). En outre, le peu de souscriptions est parfois inférieur à celui de l’achat des parts en dehors de l’assurance-vie. Par ailleurs, les SCPI s’avèrent également plus rémunératrices en général que d’autres produits d’épargne, comme les livrets ou le fonds euro. La moyenne de rendement peut tourner autour de 4 %, et certaines sont même servies comme une rémunération très intéressante. Il y a aussi l’intérêt fiscal à tirer des SCPI dans une assurance-vie, cette dernière peut jouir d’un cadre fiscal plutôt privilégié. Sache que les revenus qui ont été dégagés ne sont pas imposés comme revenus de capitaux mobiliers, selon les règles imposées dans ce contrat.

Connaitre la fiscalité de la SCPI en assurance-vie

Quand les SCPI ont été intégrées dans le contrat, vous devez comprendre que le titulaire peut profiter de l’avantage fiscal de ce support, que ce soit durant la vie du contrat ou lors du décès, quand le capital sera versé au bénéficiaire à l’aide du jeu de clause bénéficiaire. Vous devez savoir qu’en dehors des rachats (retraits), les gains donnés par les SCPI (comme ceux provenant des autres supports détenus éventuellement en tant qu’unités de compte) ne feront pas l’objet de fiscalité. Cette fiscalité n’entrera donc en ligne de compte que quand il y aura un rachat total ou partiel, et elle peut dépendre de l’âge du contrat, donc il faut prendre la date fiscale et ouvrir une assurance-vie rapidement. Si vous ne souhaitez pas avoir des revenus de SCPI (pas de retrait), optez pour un placement patrimonial, donc vous pouvez pleinement profiter du grand intérêt fiscal. Le titulaire du contrat pourrait avantager d’un abattement de quelques milliers d’euros, après 8 ans, sur tous les gains qui ont été retirés, et cela année par année. À part l’abattement fiscal, votre taxation est affaiblie (7,5 % pour l’impôt sur le revenu ajouté par 17,20 % pour les prélèvements sociaux), dans le cas où le rachat porte sur beaucoup d’argent versé dans le contrat. Il est alors possible de retirer, après 8 ans, des sommes plus importantes en exonération fiscale totale.

Comment faire la souscription ?

Si vous possédez déjà un contrat, il vous suffit de passer tout simplement un ordre de demande d’achat de votre SCPI chez votre conseiller. C’est également possible à faire sur votre espace personnel, sur internet, si vous avez notamment ouvert le contrat chez une banque digitale. Par ailleurs, n’oubliez surtout pas que vous n’avez accès qu’à tous les SCPI sélectionnés par l’établissement bancaire, assureur, institution de prévoyance … Celles qui sont éligibles dépendent de l’entité où votre assurance-vie fut ouverte. Si vous voulez avoir des parts non-accessibles à travers votre assurance-vie, c’est possible de les acquérir directement ou ouvrir d’autres contrats ailleurs, chez un autre établissement, et vous assurer que les titres sont bien accessibles dans l’offre. Dans ce contexte, il faut faire attention à tous les minimums de souscriptions. Ils sont souvent inférieurs si vous passez par le contrat, comparé à l’achat direct. Surtout il ne faut pas oublier non plus qu’il faut vous acquitter des frais d’acquisition, inclus en général dans le coût de vos parts. Aussi, rappelez-vous que pour une l’assurance-vie, l’assureur restera propriétaire des SCPI. Grâce à ce parcours, il vous sera simple de créer votre contrat sans aucune anicroche.

 

Choisir les meilleurs produits d’épargne
Quels sont les types de crédits ?