Les groupements fonciers viticoles à la loupe

Pour un investissement minimal de 20 000 euros, vous pouvez devenir associé d’un groupement foncier viticole et ainsi posséder des parcelles de vignes. Cet investissement est particulièrement intéressant pour les personnes soumises à l’impôt sur la fortune.

Un placement réservé aux investisseurs fortunés

Le groupement foncier viticole crée une société civile composée de plusieurs associés dont la côte est calculée au montant de l’investissement. La gestion des vignes est confiée à l’exploitant par un bail à long terme.
Le capital investi n’est pas garanti car la vigne est une entité naturelle soumise aux éléments et à des facteurs de force majeure.
Le capital investi peut être difficile à récupérer selon le groupement souscrit. La seule manière de récupérer son investissement est de revendre ses parts à un autre associé mais cela peut engendrer des frais. Le risque de perte est estimé à 25%.
En moyenne, un investissement dans un groupement foncier viticole permet une rente de 2 à 3% par an évolutif en fonction du prix du vin. Les associés du groupement bénéficient également de bouteilles à tarif préférentiel.

Règles fiscales

L’avantage de l’investissement dans un groupement foncier viticole reste avant tout de pouvoir exonérer les parts de l’investissement de son impôt de solidarité sur la fortune, à hauteur de 75% de la valeur de l’investissement dans la limite de 102717 euros (valeur 2014), puis à hauteur de 50% passé ce seuil. Il en va de même pour les droits de donation ou de succession.
Les gains perçus sont imposables selon leur origine. Les revenus correspondant à des revenus fonciers sont imposés selon le régime micro-foncier avec un abattement forfaitaire de 30% ou sont imposables après déduction des frais réels. Les revenus correspondants à des produits financiers sont taxés selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu.
Les plus-values lors de la revente des parts sont taxées telles des plus-values immobilières. Au bout de 30 ans de détention, le revendeur est exonéré de la taxe sur la plus-value.

Le plan d’épargne entreprise (PEE) à la loupe
Acheter des parcelles de forêt