Conseils pour gérer la fiscalité des placements

La fiscalité des placements est l’une des plus complexes dans le monde entier. En fait, à l’exception des comptes d’épargne exonérés, tous les placements financiers ne sont pas soumis à la même taxe. Entre l’impôt à payer sur des livrets d’épargnes prélevés directement par la banque, le montant de la taxe de l’assurance-vie compté uniquement en cas de retrait et les revenus effectués par un compte titre à déclarer à la fin de l’année. L’acquisition et la vente d’actions peuvent causer des revenus. Les fiscalités applicables à ces derniers sont : la fiscalité des dividendes et la fiscalité des plus-values.

La fiscalité des dividendes

Certaines entreprises paient un dividende à leurs actionnaires. Il est lié à chaque action et devient une source de revenus pour celui qui le reçoit. Les dividendes sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30%. Cependant, il est possible de choisir de rester imposable au barème progressif sur le revenu. Au 1er janvier 2018, les dividendes d’actions soutiennent dès leur paiement, dont : un prélèvement forfaitaire applicable sur le montant brut et les prélèvements liés aux sociaux. Les dividendes devraient être déclarés l’année suivante pour ses valeurs maximales sans tenir compte de la réduction de 40%, aboulie par la loi des finances 2018. Le mécanisme de détention n’est maintenu que si le revenu fiscal de référence dépasse de 50 000 euros pour un divorcé ou veuve, et 75 000 euros pour un couple exonéré d’impôt commun. L’exonération vous permet de retarder le paiement de l’impôt. Pour en profiter, vous devez faire votre demande auprès de vos institutions financières au plus tard le 30 novembre de l’année avant la perception du dividende. Si cela vous intéresse davantage, il est possible de choisir la fiscalité placement de  l’imposition au barème progressif.

L’imposition au barème progressif

Au cours de l’année de perception du dividende, vous ne pourrez échapper au prélèvement forfaitaire ni aux prélèvements sociaux sauf si vous êtes dispensé. En produisant votre déclaration de revenus, dans l’année suivant l’acquisition du dividende, vous choisissez pour un fisc au barème progressif, l’impôt sur le prélèvement forfaitaire sera soustrait. En cas de dépassement, le reste vous sera restitué. Le choix du barème progressif vous permettrez de maintenir une réduction de 40% du dividende brut et vous êtes engagé car elle est irrévocable au cours de l’année et globale.

La fiscalité des plus-values

Vous réalisez une plus-value lorsque vous cédez une action en bourse plus coûteuse que vous ne l’avez achetée. L’avantage est qu’il est traité comme un revenu financier. Il est donc imposable. Le régime fiscal des plus-values de transferts d’actions se développe à la fin de l’imposition méthodique au barème progressif de la taxe sur le revenu. A compter du 1er janvier 2018, les plus-values soutiendront le prélèvement forfaitaire unique équivaut à 30%. Cependant, pour le meilleur de vous, vous pouvez choisir  pour le barème progressif.

Comment changer de banque ?
Comment gérer un capital pour la retraite ?