Acheter des parcelles de forêt

Investir dans la forêt est un placement difficile et risqué. Pourtant acheter une parcelle de forêt vous permet de diminuer votre impôt sur le revenu, votre impôt solidaire sur la fortune et de l’exonération des droits de succession sur ce bien.

Diversifier ses placements en investissant dans la forêt

Pour acheter une parcelle de forêt, vous pouvez passer vous même par des sociétés forestières ou d’aménagement rural. Vous pouvez également faire le choix de passer par un groupement foncier forestier (GFF) ou une société d’épargne forestière (SEF).
Votre capital n’est pas garanti. La forêt est une entité naturelle soumise aux catastrophes. Vous prenez donc le risque d’exposer votre investissement aux éléments. Le risque est estimé à hauteur de 50%. Votre capital reste en théorie disponible sous réserve de trouver un acheteur. Sachez également que pour bénéficier des avantages fiscaux à l’entrée ou des services d’une GFF ou SEF, vous devez conserver votre parcelle pendant respectivement 15 ou 8 ans.
Vos terrains de forêt vous rapportent un rendement à hauteur de 3 ou 4% à chaque coupe. Sachez aussi que la valeur du terrain augmente si votre forêt est bien entretenue, vous pouvez donc espérer réaliser une bonne plus-value à la revente.

Règles fiscales

Lorsque vous achetez une parcelle de forêt, vous bénéficiez d’une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 18% de l’investissement plafonnées à 5700 euros pour une personne seule et 11400 pour un couple. Lorsque vous réalisez des travaux dans la forêt, vous bénéfice également d’exonération d’impôt sur le revenu à la limite plafonnée de 6250 ou 12500 euros et entre 2000 et 4000 euros pour le paiement de la gestion du bois sur moins de 25 hectares. Si vous souscrivez à une assurance protégeant contre les tempêtes, vous bénéficiez également d’une exonération à hauteur de 76% de la cotisation dans la limite de 7,2 euros par hectare. Ces réductions d’impôt sont prises en compte dans le calcul des niches fiscales.
Vous ne payez pas de taxe sur la revente du bois mais devez vous acquittez d’une impôt sur la valeur cadastrale du bois, en général assez faible.
Vous êtes exonérés des plus-values à la vente après 22 ans de possession et 30 ans pour les prélèvements sociaux. Vous pouvez également déduire de l’ISF, 75% de la valeur de votre forêt. Idem lors de la succession.

Le plan d’épargne entreprise (PEE) à la loupe
Les groupements fonciers viticoles à la loupe